2. LE DÉVELOPPEMENT DES POTENTIELS

« Les enfants d’aujourd’hui
créent le monde de demain ».


2a.)
Les enfants sont soutenus dans le développement de leur plein potentiel individuel.

« La seule façon correcte d’apprendre d’une manière vraiment durable est de se mettre à l’oeuvre avec passion, enthousiasme et joie profonde. » Gerald Hüther

« En tant qu’être doté d’esprit, chaque enfant possède dès sa naissance son propre plan intérieur d’apprentissage.
La joie de vivre, la santé, la confiance en soi, la curiosité, la capacité de concentration et de coopération, le sens de la responsabilité, la persévérance et l’engagement actif dans la communauté peuvent être observés chez les jeunes qui ont été autorisés à se développer selon leur plan d’apprentissage intérieur.
Le comportement social est façonné par l’exemple :
«Plus un enfant est traité avec respect et considération, plus il sera respectueux et attentionné.
avec lui-même, avec la nature et avec ses semblables.»
Alexandra Terzic-Auer

Les enfants et le les adultes sont considérés comme égaux.

La première instance de formation aux valeurs de la vie et du cœur est la famille. La deuxième instance est la communauté/le village, dans lesquels des « espaces d’expérimentation » et des « lieux d’apprentissage » sont mis à disposition. Les parents et les enfants sont libres de choisir s’ils veulent apprendre librement dans ces lieux d’apprentissage ou à la maison.

Dans ces lieux d’apprentissage, les enfants peuvent vivre/expérimenter de manière ludique leur joie inhérente de la découverte, avec tous leurs sens, individuellement, en tenant compte de leurs besoins physiques, émotionnels, intellectuels et spirituels, et surtout en lien direct avec la nature.

Ces espaces sont des terrains de jeu d’aventure créative. Ici, les questions pratiques, artistiques ou philosophiques – l’exploration du monde – ne sont pas résolues uniquement par la tête, mais par la coopération harmonieuse des compétences du cœur, de la main et du cerveau.

Dès le plus jeune âge, les contenus d’apprentissage conformes aux lois de la nature sont non seulement enseignés, mais aussi expérimentés pleinement par le contact direct avec les forêts, les fermes, les jardins, les plans d’eau et les animaux. La communication inter-espèces fait partie intégrante de l’apprentissage.

Chaque atelier d’artisanat peut devenir une salle de classe étendue.

Toutes les formes d’expression créative et artistique sont accueillies, enseignées et encouragées. Il existe des productions théâtrales où les jeunes peuvent simultanément résoudre des problèmes d’architecture de scène ou apprendre à fabriquer des costumes. Ils apprennent à former eux-mêmes de petits orchestres et des chœurs. Certains se découvrent des talents de danseurs, de peintres de décors ou de maquilleurs, d’autres s’essaient aux compétences de techniciens ou d’organisateurs.

Des liens intergénérationnels se tissent dans les espaces d’apprentissage ouverts : des personnes d’âges différents s’y rencontrent pour réaliser ensemble des projets qui peuvent également servir à la collectivité.

Ces lieux d’apprentissage ouverts sont des « centres d’impulsion » de la vie sociale.

C’est également ici que de nouvelles idées pour la vie civique et sociale sont développées et partagées avec la communauté et les conseils régionaux et, selon le potentiel, avec les conseils nationaux (voir chapitre 5).

De cette manière, l’individu ne se perçoit plus dans son développement comme élément détaché d’un système, mais comme le co-acteur actif d’un grand organisme vivant.

Les « matières principales » des écoles traditionnelles, telles que la lecture, l’arithmétique, l’écriture et les langues étrangères, s’intègrent naturellement dans une expérimentation passionnante de l’apprentissage. 

La lecture et l’écriture, par exemple, s’apprennent facilement lorsqu’il s’agit de comprendre ou de concevoir des langages, des recettes de cuisine ou des textes en rapport avec des projets offrant diversité et suscitant l’intérêt. L’arithmétique suscite le désir d’être apprise lorsqu’il s’agit de construire des objets dans la nature ou dans des espaces particuliers.

La géométrie sacrée est éprouvée comme l’élément de base de la matière, mais aussi de la biologie, de la physique lors de la conception de nouveaux projets ou de la construction d’un nouveau type de machine, etc.

Les enfants sont motivés pour transmettre immédiatement leurs connaissances nouvellement acquises à d’autres enfants.

Jusqu’à l’âge de 12 ans, l’accès aux supports informatiques est à éviter, tandis que la créativité, l’imagination, l’inspiration et l’intuition sont stimulées et encouragées.

Sont mises en valeur avant tout les aptitudes individuelles des enfants. Faire des erreurs et apprendre de ces dernières est un processus naturel et important.

Nous distinguons une première phase d’éducation, au cours de laquelle l’enfant est accompagné avec amour dans un environnement protégé et est autorisé à découvrir de manière ludique qui il est et ce qui l’intéresse.

La vie naturelle et pratique est le grand maître.

Ensuite, à partir de l’âge de 12 ans environ, vient la phase de formation technique ou universitaire.

Les examens ou les notes sont remplacés par des occasions festives où les jeunes présentent, individuellement ou en groupe, ce qu’ils ont fait, créé, appris ou pratiqué.

La formation du cœur et une nouvelle conscience de l’interconnexion de toute vie et de la compréhension de l’Être revêtent une importance particulière.

Dans ce but, des cours pour le savoir-être humain en harmonie avec la nature et ses lois sont développés (cf ci-après), et sont proposés à toutes les personnes de tous âges.


2b.)
Cours pour une nouvelle conscience

En coopération avec des chercheurs sur le cerveau, des chercheurs sur la paix, des thérapeutes, des chercheurs sur le bonheur et des coachs de différentes orientations, des cours sont élaborés pour promouvoir une nouvelle conscience au service du savoir-être humain et pour le développement de l’humanité en harmonie avec la nature et ses lois.

Cette nouvelle conscience concerne tous les humains. En particulier les tuteurs légaux, les conseillers, les enseignants, afin de les préparer de manière optimale à leur tâche si importante.

Les cours pour le savoir-être humain comprennent, par exemple, les domaines suivants :

* Connexion à son cœur et à la joie
* Développement de l’intuition
* Découverte et clarification de sa mission individuelle de vie
* Communication non violente
* Origine et guérison de la violence, de l’abus de pouvoir, du racisme
* Connaissance des structures et des niveaux de conscience
* Constellations familiales / constellations systémiques
* Travail sur les émotions
* Pleine conscience et méditation
* Travail de l’ombre et libération des traumatismes
* La respiration comme travail de guérison (respiration connectée, respiration holotropique)
* La sexualité et sa dimension sacrée
* Les principes de l’énergie vitale
* Travail avec les rêves et les états de conscience alternatifs
* Des aperçus de différentes visions du monde, de différents abords de la réalité
* Les lois de la nature et les lois et cycles cosmiques
* Études et pratiques rituelles
* Communication avec les animaux et avec les autres formes de conscience
* Santé et nutrition en harmonie avec la nature
* Vie durable et responsabilité personnelle
* Réduction de la possession, lâcher prise et épanouissement véritable
* Le retour de la qualité féminine dans notre société

Les cours pour le développement de l’humanité comprennent, par exemple, les domaines suivants :

* Culture du Nous – de nouvelles formes de vie et de travail en coopération, intelligence collective

* Trouver la mission de la communauté, de la nation et de l’humanité.
* Le développement de nouvelles structures sociales
* Développement «libre» de la culture, de l’éducation, de l’information, de la recherche et de la religion
* Structures juridiques et démocratiques « sur un pied d’égalité ».
* Vie économique « confraternelle » pour la satisfaction équitable des besoins individuels
* Développement de systèmes monétaires et d’échange durables
* Guérison de la nature détruite
* Développement de systèmes agricoles durables par le biais de communautés de responsabilité
* Développement de lieux de travail et de vie exemplaires (oasis culturelles).

Ces cours, qui sont en tout point orientés vers le « bien-être et le développement de toute vie », sont alors dispensés aux enfants et aux jeunes tout au long de leur parcours dans les lieux d’apprentissage, dans les nouveaux jardins d’enfants naturels, dans les écoles forestières et dans les « espaces d’expérimentation ».


2c.)
Les nouvelles universités

Il n’existe aucun phénomène qui n’interagisse pas avec tous les niveaux de l’être.

Par conséquent, une vision intégrale et une collaboration de toutes les sciences sont encouragées.

Par exemple, le système d’enseignement universitaire des professions de la santé expérimente actuellement un changement de paradigme urgent : les nouvelles découvertes de la physique quantique, de l’épigénétique, de la psycho-neuro-immunologie et les recherches les plus récentes sur la conscience sont désormais intégrées, ainsi que la nouvelle médecine et des techniques éprouvées qu’on qualifiait précédemment de « méthodes de guérison alternatives ».

Les cours de formation en agriculture ne font désormais qu’enseigner des pratiques durables, en harmonie avec toute vie. Une attention particulière est accordée aux qualités fascinantes de l’humus, des graines et de l’eau et à leurs merveilleuses interactions.

Les enseignants bénéficient de réorientations (professionnelles).

 

Les nouvelles universités sont donc des « ateliers du futur » dans lesquels chercheurs, professeurs d’université, étudiants et élèves développent, sur un pied d’égalité, grâce à l’intelligence collective, des impulsions et des idées nouvelles pour notre avenir à tous. Par exemple, les recherches sur les énergies libres sont reprises. De même, des recherches seront menées sur d’autres énergies renouvelables ayant un impact minimal sur l’environnement.

La science, la recherche et les universités sont financièrement et substantiellement indépendantes des intérêts politiques ou industriels. Cependant, les différents domaines coopèrent pour développer de nouvelles idées pour l’avenir de tous.


2d.)
L’expression culturelle humaine

La culture, la créativité, l’imagination, l’inspiration et l’intuition sont les forces d’un développement futur et se voient accorder au moins la même importance que le développement intellectuel.

Les arts en général, tels que le théâtre, la musique, la danse, la littérature et l’architecture, sont au service de l’expression humaine, de la sensibilité du cœur et de l’inspiration. Même les films sont produits avec la conscience qu’ils ont une influence directe sur le subconscient.

Nous respectons et apprécions les anciennes coutumes, danses et chansons de nos ancêtres, en connaissance du fait que nos racines profondes nous ancrent dans le présent.

Pour mieux comprendre d’autres cultures et coutumes et découvrir la plénitude de la beauté de notre terre, des séjours d’échange pour élèves, étudiants et adultes sont proposés.

En tous lieux, la découverte de cultures autochtones est encouragée.

Ces nouvelles expériences et connaissances sont ensuite partagées avec d’autres lors de conférences ou d’expositions publiques. Le séjour de personnes venant d’autres cultures dans notre pays pour un échange culturel est encouragé.


2e.)
Une attention particulière est également accordée à la promotion de l’artisanat.

Au lieu des produits fabriqués en séries industriellement et à bas prix, on promeut les produits artisanaux qui non seulement ont une plus longue espérance de vie et sont faits de matériaux nobles et naturels, mais dans lesquels on peut sentir un savoir-faire et l’être humain derrière l’artisanat.

Cela permet également de rétablir une relation d’appréciation avec les objets dont nous nous entourons.

Dans les nouvelles écoles et lieux d’apprentissage, les jeunes acquièrent des compétences artisanales. C’est aussi l’occasion d’intégrer d’autres matières de manière ludique. Par exemple, la cuisine peut être utilisée pour s’exercer aux fractions, la menuiserie peut être utilisée pour apprendre les mesures linéaires et les angles, la planification de serres ou de jardins potagers peut être utilisée pour apprendre la biodiversité, les cycles annuels, le soleil et la photosynthèse ou la formation d’humus.

L’expérience concrète d’une variété d’activités aide les jeunes à trouver leur vocation.

Toute personne qui ressent sa véritable vocation – et veut en faire sa nouvelle profession – reçoit le soutien de la communauté.


2f.)
Les foyers pour personnes âgées sont transformés en maisons de vie, pleinement intégrées dans la communauté.

Désormais, vieillir n’est plus associé à la fragilité et à la sénilité, mais à la maturité et à la sagesse. Les personnes âgées devraient rester autant que possible dans la famille et dans la communauté où elles vivent et y être soutenues – si nécessaire – par des soignant(e)s bien formé(e)s.

Pour les aidants familiaux, des cours sont proposés pour leur apprendre à soutenir leurs proches tant sur le plan physique (par exemple, dans la régénération du système musculo-squelettique) que sur le plan mental, émotionnel et spirituel.

Dans les futures « maisons de vie », les activités de cuisine, les repas sains et le jardinage durable sont des activités communes.

Les jardins d’enfants et les écoles, mais aussi les lieux accueillant des animaux, sont – dans la mesure du possible – reliés à ces maisons de la vie. Les enfants apprennent à lire avec les personnes âgées, par exemple, ou rencontrent parmi celle-ci des professeurs de musique, des artisans, des ingénieurs, des pompiers, des pilotes ou autres, en bref des personnes qui leur parlent de leurs métiers de manière captivante et qui les soutiennent dans leurs apprentissages pratiques.

Les personnes âgées ont également l’occasion de s’initier à des activités qu’elles auraient aimé réaliser dans leur jeunesse.


2g.)
Les personnes en situations de handicap sont intégrées dans la société

Le regard sur le handicap évolue : il est considéré comme une « altérité » unique que toutes les personnes concernées – de la famille aux institutions et de la société – savent valoriser.

Les personnes qui ne sont pas en mesure de voir peuvent nous apprendre à ressentir plus intensément ou à «entendre» un espace. De nombreuses personnes handicapées nous apprennent à sentir le silence, leur présence nous aide à prendre conscience de notre propre présence. Souvent, elles déclenchent nos ombres et nous apprennent à surmonter précisément ces ombres-là.

Les thérapeutes, les infirmier(e)s, les médecins et les accompagnateurs/trices sont formé(e)s à l’accompagnement positif et tourné vers l’avenir des personnes en situation de handicap.

Celles-ci sont également soutenues pour trouver leur vocation et découvrir leur génie et leur don spécifique.

Tout est mis en œuvre pour que les personnes en situation de handicap vivent de la manière la plus autonome possible. Des appartements adaptés et des habitats collectifs sont mis à leur disposition et on veille à ce qu’elles puissent prendre part, au même titre que n’importe quelle autre personne, à la vie générale. Il existe également des centres de remise en forme adaptés avec des programmes spéciaux pour les aider à retrouver plus de mobilité.

Dans la mesure du possible, les adaptations nécessaires sont réalisées dans les espaces publics.


2h.)
Nouvelles formes de voyage

Les voyageurs choisissent les moyens de transport les plus respectueux de l’environnement.

Il ne s’agit plus de la rapidité du voyage, mais de la richesse des interactions vécues tout au long de celui-ci ; des étapes y sont prévues.

Au lieu de « consommer », le voyage devient désormais une occasion de découvrir d’autres personnes, de nouvelles cultures, des paysages fascinants ou des écosystèmes passionnants, et de se découvrir soi-même dans le processus.

De nombreuses personnes voyagent à des fins humanitaires ou environnementales – il y a beaucoup à nettoyer et à guérir sur notre planète.

Grâce à nos voyages, nous prenons vraiment conscience de la façon dont la terre s’offre à nous en cadeau et de la façon dont nous, les humains, pouvons la servir et servir tous les êtres vivants.


2i.)
Les populations des pays du tiers monde sont rendues à leur propre responsabilité et autonomie.

Les habitants des anciens « pays du tiers monde » sont soutenus pour redevenir indépendants d’autres pays ou organisations et pour se sentir à nouveau complets et dignes.

La pauvreté n’existe plus. Dès que les gens sont conscients d’eux-mêmes, qu’ils ont appris à cultiver leur propre nourriture et à s’organiser entre eux, la paix s’installe dans le monde.

Un exemple – « Voix Libres

L’un des meilleurs exemples est fourni par Voix Libres, une organisation basée à Genève et qui oeuvre principalement en Bolivie, mais aussi aux Philippines et dans de nombreux autres pays. Depuis plus de 25 ans, plus de 3 millions de femmes et d’enfants ont été aidé(e)s en Bolivie. L’organisation, qui représente un nouveau modèle de société par excellence, libère les enfants des mines et des tunnels, les femmes des tas d’ordures, et offre, à toutes les femmes désireuses de travailler, un micro-crédit sans intérêt afin de subvenir elles-mêmes à leurs besoins. Les enfants reçoivent à manger et à boire, des vêtements, un toit, et la possibilité d’aller à l’école ou à l’université ou d’apprendre un métier. Personne n’est refusé. En outre, tous les bénéficiaires reconnaissants sont initiés à l’art de la permaculture afin qu’ils puissent cultiver leur propre nourriture (même à 4000 mètres d’altitude, dans des serres spéciales (à 20°), des légumes sont cultivés avec succès à Voix Libres, même en hiver). 20 bénéficiaires suivent actuellement et de manière explicite, une formation d’avocat, principalement pour défendre les femmes victimes de violences domestiques devant les tribunaux. 

Les hommes violents sont à leur tour formés par les bénéficiaires pour devenir des « hommes de paix ». Sur les 2000 hommes ainsi formés, jusqu’ici seuls deux sont retombés dans leurs anciennes habitudes. L’un des premiers rituels consiste à « se laver les mains » de toutes les atrocités commises. 

Les bénéficiaires de Voix Libres travaillent en étroite collaboration avec l’armée et la Police et proposent des cours de résolution des conflits. 

Le secret de leur réussite ? L’amour et la gratitude qui émanent de toutes les personnes qui ont été libérées des griffes de la grande pauvreté et de l’exploitation et à qui on a donné une nouvelle vie. Mais aussi la résolution qu’un bénéficiaire aide respectivement 3 autres personnes à sortir du besoin. 

 

Si toi aussi, tu partages cette vision de la Nouvelle Terre, donne-nous ton OUI.

Montrons au monde, combien nous sommes.

Laisser un commentaire

de German
X