5. Administration

Pourquoi avons-nous besoin de changement ?
Lire ici

Pour une nouvelle société plus humaine, nous devons passer en revue les erreurs fondamentales du système qui menacent son existence et travailler à les surmonter ! Ci-après, nous esquissons brièvement des idées et des tâches fondamentales qui peuvent nous mener (seulement au niveau régional) hors des contraintes mortelles du pouvoir et de la croissance :

L’État, l’économie et l’argent doivent être au service du Vivant, et non le contraire !

Les notions de « liberté, égalité et fraternité » de la Révolution française contribuent à la clarification.

La « fraternité » fait partie de la vie économique. Comment pouvons-nous organiser l’économie « en fonction de l’intérêt général » et de la fraternité ?  Satisfaire les besoins des uns et des autres de manière « fraternelle » ? Par exemple, le chauffeur de camion ne transporte pas les marchandises pour lui-même, mais pour ses semblables. Ce n’est que dans la tête et dans le cœur, que nous travaillons généralement pour notre propre porte-monnaie. Plus l’homme s’éloigne de l’économie réelle, plus ce phénomène égocentrique est prononcé.

En revanche, une économie fraternelle est organisée de manière coopérative et associative. Ici, les producteurs, les prestataires de services, les commerçants et les consommateurs trouvent un juste équilibre entre leurs intérêts.

L’économie doit financer le libre développement de la culture et de l’éducation ainsi que l’État qui ordonne juridiquement, mais elle ne doit pas intervenir partout, comme c’est le cas aujourd’hui !

La « liberté » fait partie de la vie de l’esprit, du « développement des capacités » qui laisse libre cours à la religion, à la formation créative, à la recherche, à l’art et au journalisme indépendant. Notre vie culturelle peut ainsi devenir toujours plus vivante.

Ce n’est qu’à travers ce développement « libre » des hommes que l’économie et l’État parviendront à une économie « fraternelle » et à des législations plus humaines et « égalitaires ».

L' »égalité » fait partie du système juridique, ce qui est « proprement » politique. Ces organes veillent-ils vraiment aujourd’hui à l' »égalité » des droits des citoyens, à un système monétaire et fiscal équitable, à des informations indépendantes, à des études de risques indépendantes de l’industrie sur les pesticides, les plantes génétiquement modifiées, les vaccins, la 5G, etc., à la protection contre la spéculation à la hausse sur les biens immobiliers, les entreprises, les sols, l’eau, les réseaux informatiques, etc. Probablement pas.  – L’État devrait donner au développement « libre » de la culture et de l’éducation, ainsi qu’à la vie économique « fraternelle », des conditions cadres « égales » et respectueuses de la nature, mais pas intervenir comme c’est le cas aujourd’hui !

Un changement fondamental de pensée et d’action est à l’ordre du jour afin de réorganiser et de revoir la vie sociale dans ces trois domaines.

(Uwe Burka)

Pourquoi avons-nous besoin de changement ?
Lire ici

Voici tout d’abord une brève observation personnelle de Catharina sur la problématique :

J’avoue ici qu’avant de répondre à l’appel pour initier ce « Manifeste de la Nouvelle Terre », je n’ai jamais voulu m’occuper de politique. Chaque fois que j’écoutais un débat parlementaire, je ressentais un sentiment d’aversion et de désespoir.

Une aversion d’entendre dans ces débats parlementaires principalement des accusations d’un parti contre l’autre – il s’agissait rarement d’une solution concrète à l’un des nombreux problèmes qui nécessitaient actuellement toute notre attention

Si je me sens désespérée, c’est surtout parce que je n’ai guère eu la possibilité, en tant qu’être humain, d’adresser mes idées ou mes observations aux partis , d’être réellement entendu, et encore moins d’obtenir de vraies réponses.

 J’ai connu un point culminant personnel en 2019 lorsque, alerté par les résultats de la recherche sur la 5G, j’ai tenté d’attirer l’attention de nombreux politiciens sur les divers dangers de cette technologie. Ce que j’ai reçu en retour, ce sont des réponses d’apaisement toutes faites – à peine différenciées par tous les partis – qui ne répondent en aucun point aux questions posées. De plus, j’avais déjà en partie deviné les réponses et les avais accompagnées dans mes lettres des chiffres et informations corrects actuels, qui ne correspondaient pas du tout aux réponses des partis.

Lorsque j’observais le peu d’influence que les initiatives engagées en faveur de la protection de l’homme ou de la nature avaient effectivement dans la pratique, cela provoquait en moi un sentiment d’impuissance, additionné d’un pressentiment que nos lois, nos impôts, nos règlements et nos lourdeurs bureaucratiques sont si compliqués qu’ils ne peuvent pas être compris par une « personne normale » ;  que la plupart des gens préfèrent obéir et payer plutôt que d’essayer de faire la lumière sur cet amalgame de millefeuilles  politiques et de l’administratifs

Ce n’est qu’en faisant des recherches sur des canaux alternatifs que j’ai compris  les rouages de l’interconnexion de  la politique au niveau international avec les entreprises mondiales, leurs propriétaires, les sociétés secrètes internationales, les églises, etc.

En bref, selon moi, le pouvoir est entre de mauvaises mains et doit retourner là où il devrait être : à nous, les humains, oeuvrant au service du Vivant.

Le temps, l’énergie et la joie de vivre sont perdus dans des conflits contreproductifs entre partis, alors qu’ils pourraient être mieux investis dans la résolution d’un problème pour le bien de la communauté. C’est pourquoi il ne devrait pas y avoir de partis.

Afin d’éveiller à nouveau chez les gens un sentiment de responsabilité personnelle et le plaisir de participer à l’organisation de la vie, nous avons besoin de toute urgence de transparence : des lois et règlementations faciles à comprendre, des structures claires et simples, la transparence sur les mouvements politiques et la fin du lobbying.

Nous, les êtres humains, devons avoir la possibilité de nous impliquer activement dans les activités politiques à tout moment.

5a.) Pour éviter le lobbying en politique, il faut une nouvelle forme transparente d’administration.

les principes universels
Lire ici

1. Le principe de l’ESPRIT
Ce premier principe hermétique affirme que tout est esprit.
L’origine de toute matière et de toutes les manifestations de la vie se trouve donc dans l’esprit, dans l’énergie pure. La matière est de l’esprit rendu visible. Par nos pensées et nos sentiments, nous façonnons notre réalité. Chaque pensée est donc un processus de création, elle « in-forme », c’est-à-dire qu’elle met en forme. Pour nous, cela signifie concrètement que nous pouvons reconnaître la réalité physique comme un miroir de notre état d’esprit intérieur. En faisant cela, nous faisons l’expérience de nous-mêmes en tant que créateurs de notre réalité et nous commençons à assumer notre responsabilité. Nous ne réagissons donc plus à quelque chose d’apparemment indépendant de nous, mais nous savons que tout ce que nous rencontrons a à voir avec nous.

« L’univers est esprit, l’univers est spirituel ».
Le kybalion

2. le principe de la VIBRATION
Tout dans notre univers est en mouvement constant, en vibration. Même les choses apparemment solides ne le sont pas en réalité, mais sont en constante oscillation au niveau subatomique – la physique quantique parle à ce sujet de « cordes vibrantes en mouvement ».
Le pur esprit, le pur amour a la plus haute de toutes les fréquences vibratoires – on dit que son état vibratoire est si élevé qu’il équivaut pratiquement au calme d’une roue qui tourne rapidement et qui semble immobile. À l’autre extrémité de l’échelle se trouvent les formes grossières de la matière, dont la vibration est si lente qu’elle semble être au repos. Entre ces pôles, il existe d’innombrables degrés de vibration différents.
Dans notre corps aussi, chaque atome, chaque cellule, chaque organe a une fréquence de vibration spécifique. Chacune de nos pensées, chacune de nos émotions et chacune de nos actions ont une fréquence vibratoire qui a une forte influence sur nous et sur notre vie.
Comme l’amour a la plus haute de toutes les fréquences vibratoires, la façon la plus facile d’augmenter ta fréquence vibratoire est de s’entraîner à s’aimer soi-même et à aimer tout ce qui est dans le moment présent.

« Rien ne se repose ; tout bouge ; tout vibre ».
Le kybalion

3) Le principe de RÉSONANCE
Ce principe est souvent appelé la « loi de l’attraction ».
Il stipule que tout ce qui a une fréquence vibratoire ou une « longueur d’onde » similaire est attiré les uns par les autres. Il n’y a rien dans notre vie qui ne soit pas lié à nous. Tout ce que nous vivons, tout ce que nous rencontrons, nous l’avons appelé dans notre vie. En effet, tel un émetteur radio, nous envoyons à chaque instant de notre vie les « informations vibratoires » de nos pensées et de nos sentiments à l’univers et attirons ainsi dans notre vie ce qui est « en accord » avec notre fréquence vibratoire.
Si l’on comprend cela, on prend l’entière responsabilité de sa vie et on devient un créateur conscient de sa réalité. Si nous voulons changer le monde extérieur, nous devons d’abord changer notre monde intérieur.

« Tel haut, tel bas ; tel bas, tel haut ».
Le kybalion

4. le principe de la POLARITÉ
Ce principe décrit la dualité de toute chose. Tout dans le monde des apparences a deux pôles. Aucun pôle ne peut exister sans son contraire. Toutes les oppositions apparentes ne sont que les extrêmes d’une seule et même chose. Par exemple, la « chaleur » et le « froid » sont simplement deux sensations subjectives de « température ». On ne peut pas dire que la chaleur s’arrête ici et que le froid commence là. Les deux se fondent l’un dans l’autre. Les opposés apparents se touchent.
La polarité peut nous montrer beaucoup de choses : On ne peut faire l’expérience de la lumière que si l’on connaît l’obscurité.
Nos propres opinions – points de vue et positions ne sont jamais absolus et contiennent toujours le contraire en eux. En changeant notre point de vue, quelque chose qui était auparavant considéré comme négatif peut maintenant apparaître comme positif. Tout est relatif. C’est notre pensée qui décide de ce que nous jugeons et comment. Nous pouvons changer notre jugement à tout moment.

« Tout est double ; tout a deux pôles ; l’égal et l’inégal sont la même chose ;
toutes les vérités ne sont que des demi-vérités ;
toutes les contradictions peuvent être conciliées ».
Le kybalion

5) Le principe du RHTYHMUS
Tout dans le monde des apparences est soumis à un changement, à un passage rythmique permanent d’un pôle à l’autre. « La seule constante dans l’univers est le changement », écrivait déjà Héraclite.
Nous inspirons – nous expirons. La vie apparaît – la vie disparaît. Les cultures apparaissent – les cultures disparaissent. La Terre Mère nous montre ce principe chaque jour, du matin au soir et à nouveau le matin et le soir, elle nous le montre au fil des saisons, à marée basse et à marée haute, à chaque naissance et à chaque mort.
Ce principe peut nous apprendre à observer le moment opportun pour un projet.
En même temps, nous pouvons apprendre à trouver notre centre dans tous les « hauts » et « bas » de notre vie et à devenir des observateurs conscients de cette danse cosmique au lieu de nous considérer comme des victimes des circonstances toujours changeantes.

« Tout s’écoule ; dehors et dedans ; tout a ses marées ;
tout se soulève et tombe,
l’oscillation du pendule s’exprime dans tout ;
l’oscillation du pendule vers la droite est la mesure de l’oscillation vers la gauche ; le rythme équilibre ».
Le kybalion

6) Le principe de la CAUSE ET de l’EFFET
Chaque action a une cause qui l’a produite. Une action est suivie d’une ré-action. Rien n’arrive par hasard. Si l’on qualifie quelque chose de « hasard », cela signifie simplement que l’on ne connaît pas la cause qui a provoqué cet événement.
Pour tout ce que nous vivons, nous avons nous-mêmes établi la cause correspondante. Dans d’autres cultures, on appelle cela le « karma ». Pour moi, le karma signifie que l’événement que nous avons provoqué nous permet d’acquérir des connaissances et d’apprendre à voir les choses sous un autre angle.
En prenant conscience de la loi hermétique de cause à effet, nous développons une attention accrue aux choses que nous envoyons dans le monde. Nous sommes plus conscients de nos pensées, de nos sentiments, de nos paroles et de nos actes. L’expérience et la perception des effets dans notre vie deviennent également plus claires. Nous réalisons que tout est pour notre bien et pour notre développement.
Lorsque nous aurons pris conscience de ce principe, nous veillerons désormais à créer, par nos paroles, nos sentiments et nos actions, les causes qui produiront les conséquences que nous souhaitons dans notre avenir.
« Chaque cause a son effet, chaque effet a sa cause, tout se passe selon une loi, le hasard n’est que le nom d’une loi inconnue. Il y a plusieurs niveaux de causalité, mais rien n’échappe à la loi ».
Le kybalion

7) Le principe du GENRE
Le principe du sexe dit que tout porte en soi des caractéristiques masculines et féminines. Le yin et le yang. Il ne s’agit pas seulement des êtres humains, mais de tout ce qui existe, des êtres vivants aux choses, jusqu’au spirituel.
Le principe masculin est : l’idée, la volonté, ce qui est actif, ce qui donne, ce qui oriente. Le principe féminin est : ce qui accepte, ce qui reçoit, ce qui exécute, ce qui est passif.
Afin de créer, les parties masculine et féminine doivent toujours être réunies.

« Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Et tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas  ».
Le kybalion

5a.) Pour éviter le lobbying en politique, il faut une nouvelle forme transparente d’administration.

Une forme administrative dans laquelle il n’y a plus de système de partis.

Les postes sont occupés par des personnes qui ont prouvé par le passé qu’elles étaient non seulement hautement compétentes et responsables, mais qu’elles pouvaient également penser de façon « systémique », c’est-à-dire au-delà de leur domaine de spécialité et qu’elles avaient déjà prouvé que le bien-être et la santé de toute vie leur tenaient à cœur. Chaque représentant élu du peuple sert la volonté du peuple. Il n’y a pas d’incitation financière particulière à devenir représentant du peuple.

Un groupe de travail veille à ce qu’il n’y ait pas d’abus de pouvoir.

La transparence est de mise pour tous les actes pertinents accomplis par les hommes politiques, les représentants élus ou choisis.

Chaque représentant du peuple assume la responsabilité personnelle de ses actes. Cela permet d’éviter que des lois soient votées profitant uniquement à l’économie privée, donc nuisant aux personnes, aux animaux ou aux plantes.

En même temps, chaque représentant du peuple ayant cette grande responsabilité est soutenu par un « cercle des sages ».

5b.) Pour chaque thème important, il existe un « Cercle de Sages ».

Les cercles des sages sont composés d’hommes et de femmes engagés et compétents, pour qui le bien-être du vivant est la base de leur réflexion et de leur action. Ces personnes restent et assument leurs responsabilités, même « quand il y a le feu ».

Le cercle des sages est composé de personnes qui représentent la diversité de la communauté. Des personnes de tous âges et de tous horizons, des penseurs et des praticiens capables d’aborder les défis et d’offrir des solutions émanant d’une vision systémique, provenant de divers groupes de population.

Ils se forment sur les thèmes pertinents tels que l’agriculture et l’alimentation, la santé, le développement du potentiel, l’énergie, les transports, la paix, etc.

5c.) La Constitution de la Nouvelle Terre

La première tâche d’un cercle des sages est d’écrire la proposition d’une constitution basée sur les lois universelles de la nature et respectant les hommes et la nature sur un pied d’égalité. Les habitants du pays peuvent voter pour cette constitution.

Le « Manifeste de la Nouvelle Terre » peut servir de base à cette nouvelle constitution.

5d.) Chaque personne est incitée à s’impliquer activement dans la gestion et l’animation de son lieu de vie, de la Nouvelle Terre.

Toutes les régions de la Terre offrent un cadre de vie sain et des ressources abondantes.

Plus personne ne doit quitter son pays en raison d’une guerre, de la pollution, de la pauvreté, de l’esclavage ou pour des raisons économiques.

A terme, notre vision est l’abolition des frontières quand nous aurons pris conscience de l’abondance de notre terre mère et de l’importance que représente l’unité de la famille humaine partageant la même communauté de destin.

– Nous sommes une seule famille humaine.

Chaque être humain est invité à apporter ses idées constructives et à exprimer ses souhaits sur tous les sujets importants. Ainsi, la démocratie de délégation se transforme en une démocratie active de coopération et d’engagement. Chacun a la possibilité de savoir, via une plateforme numérique, de quoi s’occupe le cercle des sages et d’y participer de manière constructive et active.

 

5e.) L’administration des villages, des régions et du pays de la Terre est structurée de manière simple, claire et efficace.

Au niveau local, il existe déjà un cercle des sages pour chaque sujet pertinent de la vie.

Ces cercles des sages sont en étroite communication avec la population et avec les cercles des sages des grands régions.

Les cercles des sages des grands régions sont en étroite communication avec les cercles des sages des pays.

5f.) Une culture participative de la prise de décision et de l’innovation sociétale

Pour ce faire, des modèles de prise de décision et d’intelligence collective déjà existants, (comme par exemple la sociocratie, l’holocratie, le Yamagishi Kai, la méthode de  Dragon Dreaming etc..), sont testés en pratique et développés.

Tant lors de la prise de décision que lors de l’exécution pratique de la décision, le principe directeur suprême est toujours appliqué :

Chacune de nos actions et chaque loi est toujours orientée vers le bien-être de toute vie.

– dans le respect, la compassion et la pleine conscience de la terre et de sa diversité.

Vérité – Liberté – Équité – Fraternité – Paix – Amour

Si toi aussi, tu partages cette vision de la Nouvelle Terre, alors envoie-nous ton OUI.

Montrons au monde, combien nous sommes

Laisser un commentaire

quatorze − 1 =

Montrons au monde combien nous sommes nombreux.

Si vous aimez également cette vision de la Nouvelle Terre, alors SOUTENEZ la en la SIGNANT et en la PARTAGEANT autour de vous