3. CYCLES DE PRODUCTION / ÉCONOMIE

Le cycle naturel :

Ce qui flétrit en automne est retransformé en humus par les organismes du sol, de sorte que l’année suivante, des fruits sains et riches en nutriments peuvent mûrir à nouveau.

3a.) Inspiré du principe « cradle to cradle » (« du berceau au berceau ») , ce qui était autrefois considéré comme un « déchet » devient une « substance nutritive » pour de nouveaux cycles de production.

Dans un nouveau système social responsable vis-à-vis de l’homme et de la nature, on n’achète plus que les biens de consommation dont on a vraiment besoin . Ceux-ci sont en grande partie fabriqués de manière durable, de sorte qu’ils durent très longtemps, qu’ils peuvent être réparés et que toutes les pièces sont recyclables.

 

Les biens de consommation tels que les produits de nettoyage, les shampoings ou les produits de soins corporels et leurs emballages sont fabriqués à partir de matières premières naturellement renouvelables et retournent à la terre après leur utilisation grâce au compostage.

Les biens de consommation courante tels que les voitures, les machines à laver ou les ordinateurs sont éco conçus fabriqués à partir de « nutriments techniques » (Composants totalement naturels),  pour une longue durée de vie et sont réparables. Au terme de leur durée de vie, de nouveaux appareils sont fabriqués transformés grâce à un processus de recyclage respectueux de l’homme et de la nature.

Les emballages sont soit réutilisables, soit compostables.

Dans la mesure du possible, les aliments sont proposés sans emballage ou peuvent être conditionnés dans des récipients à apporter. Tous les emballages sont recyclés après leur durée de service.

 

PENSE GLOBAL
ACHÈTE LOCAL
SUIS TON COEUR

3b.) Promouvoir la durabilité des appareils et fabriquer des produits garantis 10 ans et facilement réparables.

Tout artisan qualifié sera en mesure de remettre ces appareils en état de fonctionnement au moyen d’instructions fournies par le fabricant.

3c.) Tous les aliments trouvent preneurs – ils ne sont plus simplement jetés ou brûlés.

Les agriculteurs produisent la quantité de nourriture – dans la mesure du possible – en accord avec leurs clients. La nourriture qui n’est pas vendue est mise gratuitement à la disposition des personnes dans le besoin ou des animaux, ou est compostée et ainsi directement rendue à la terre.

3d.) L’objectif d’une entreprise n’est pas en premier lieu le profit, mais la satisfaction réelle des besoins du client, le bonheur des collaborateurs et la santé de la Terre.

Les entreprises sont dirigées par des personnes qui travaillent ensemble de manière coopérative, partageant la même vision et entretenant  de bonnes relations avec leurs clients, leurs fournisseurs, leurs autres partenaires,  et entre elles. Elles partagent  une chose en commun : la joie de leur action et leur compassion pour leurs semblables, les êtres vivants et la Terre Mère.

Voici quelques caractéristiques de ces entreprises :

  • elles agissent d’égal à égal et se font mutuellement confiance.
  • elles développent et optimisent leurs processus afin qu’ils soient plus efficaces et plus efficients, mais véritablement aussi plus durables.
  • Elles respectent les particularités individuelles de chacun et en tiennent compte au quotidien.
  • La hiérarchie au sens classique du terme n’existe plus mais il y a différents niveaux de responsabilités.
  • Tout le monde participe à la réussite.
  • Tant qu’il y a de l’argent, le montant de la participation est convenu collectivement.

 

3e.) Nous soutenons les producteurs régionaux en n’important plus de produits qui peuvent être fabriqués en quantité suffisante dans notre propre pays.

On n’achète et on n’importe strictement rien des producteurs qui exploitent les hommes, les animaux et la nature. On n’importe plus non plus de produits traités avec des pesticides ou génétiquement modifiés.

3f.) Seules les petites et moyennes entreprises de production et de services sont désormais soutenues.

Les chaînes de magasins discount et les grands groupes ne sont plus nécessaires et sont donc dissous.

Des groupements d’achat se forment dans les villes, qui s’approvisionnent directement auprès des artisans, des fermes bio de la région. Des applications informatiques permettent de localiser les producteurs de spécialités et d’organiser des livraisons communes.

De plus en plus de magasins régionaux proposant principalement des produits locaux sont créés.

Les producteurs produisent à nouveau pour des consommateurs « humains » qu’ils connaissent et rencontrent. La relation producteurs / produits/ consommateurs est ainsi rétablie.

 

3g.) La recherche et le développement d’une énergie renouvelable et durable à tous les niveaux.

La meilleure politique énergétique, ce sont les mesures d’économie.

Dans la phase de transition, les taxes sur l’énergie servent à économiser l’énergie par ex en finançant les aides aux isolations des maisons, l’acquisition de tout type de matériel sobre en énergie, le développement et la construction d’innovations énergétiques durables.

Dans un avenir proche, les combustibles fossiles ne seront plus utilisés.

Des réseaux de distribution d’électricité décentralisés et autonomes, dont les fonctions centrales fonctionnent également sans commandes via Internet, seront développés et installés partout. Chaque village, chaque communauté et chaque quartier peut ainsi s’approvisionner en énergie renouvelable de manière autonome.

Les brevets de technologies et d’inventions réprimées – par exemple l' »énergie libre » – qui contribuent à résoudre les problèmes énergétiques et à guérir l’homme et la terre, sont généreusement mis à la disposition de l’humanité, développés et mis en application.

3h.) Transport respectueux de l’environnement

La recherche de moyens de transport sans émissions et entièrement durables dans leur production est encouragée.

Des parkings publics gratuits, bien reliés au réseau de transports en commun, sont prévus aux abords des villes. Les pistes cyclables et les voies ferrées sont davantage développées et les initiatives d’autopartage sont nombreuses.

Les transports en commun sont gratuits.

Ici aussi, il faut mettre l’accent sur la région. C’est ici, dans notre propre région, que nous produisons, que nous trouvons nos prestataires de services préférés et nos lieux de travail. Nous avons donc besoin de moins de transports. Nous économisons des trajets, de l’énergie, nous avons besoin de moins de moyens de locomotion. Nous avons moins de nuisances sonores, de pollution,  de morts sur la route,  de stress.

Ici aussi, dans la phase de transition, la « taxe sur l’énergie » déjà mentionnée aidera à minimiser automatiquement les trajets de transport.

 

3i.) L’économie est basée sur la fraternité

L’économie est remise au service de l’échange concret. Elle sert à satisfaire les besoins des uns et des autres. Les entreprises se considèrent comme des partenaires et non comme des concurrentes. Elles développent la collaboration et la coopération.

Si toi aussi, tu partages cette vision de la Nouvelle Terre, donne-nous ton OUI.

Montrons au monde, combien nous sommes.

Laisser un commentaire

de German
X

Montrons au monde combien nous sommes nombreux.

Si vous aimez également cette vision de la Nouvelle Terre, alors SOUTENEZ la en la SIGNANT et en la PARTAGEANT autour de vous